HALIDOU

42 ans, Tisserand.

1#

2#

3#

4#

5#

6#

7#

8#

9#

10#

11#

12#

13#

14#

15#

16#

17#

18#

19#

20#

21#

22#

23#

24#

Texte reccueilli dans le carnet confié à Halidou.

Halidou Moussa, 42 ans Tisserand (écrit par Salim)
Halidou est un père de famille marié a une seule femme et père des quatre enfants. Cet homme est un tisserand; un métier dans lequel il a fait 35 ans et c’est grâce a ce métier que il a pu se marier et faire plusieurs choses qui l’aide à survivre et à gagner sa vie honnêtement. Pour lui le tissage est un métier comme les autres et il est honoreux d’être un. C’est un métier familiale transmis de génération en génération; de son père à son grand père, tous deux étaient tisserands et le voilà en ce jour lui aussi tisserand.
C’est un métier qui demande beaucoup de patience et de la concentration de l’experience. Il se fait à travers plusieurs fils de laine des couleurs différentes. Parmi les enfants de Halidou un est en train d’apprendre aussi le tissage pour son futur et lui aussi le transmettra à un de ces fils ainsi de suite. Le résultat de son boulot est un jolie tapis (saccala) multicouleur dans la quel on utilise pour un jeune marie ou une jeune mariée. On couvre les mariées avec ça pour que tout le monde ne le regarde mais aussi de que on entre on peut remarquer lors d’un mariage les nouveaux mariés. C’est une tradition et chaque nouveau marié doive le faire et se obliger car sans ça leur mariage est nul et ça sera sans bonheur.

Il y a plusieurs sortes de ces tapis traditionnelles et c’est repartis par groupe ethnique et par moyen financière de gens, à différente prix on peut en avoir car tout le monde n’a pas les même moyens d’acheter ça car il y a des riches tout comme il y a des pauvres. Pour terminer un tapis de ce genre (saccala) il faut au moins douze jours ou plus car chacun a sa manière de travailler.

Halidou prendra sa retraite lorsque il sera vieux.
Le tapis (saccala) reflète l’image de notre société traditionnelle et moderne car bien que c’est ancien ce la existe et continue a exister et même dans la sous région se pratique par diverses personnes notamment au Mali, pratiqué par les Peulhs de Mopti et les songhays de Gao, mais ici se pratique par de Zarma, Touaregs et Peulhs tous ressortissants de Filingué dans la région de Tillabéry.
Le tissage est un don pour lui et dans leurs familles il est fière d’être le seul tisserand parmi ses frères et soeurs.

Remonter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>